Méningocoque

Maladie - Epidémiologie

L'infection invasive à méningocoque est ube maladie à Déclaration Obligatoire

Figures 1 et 2 ci-dessous

Figure 1   = Figure 2 du BEH n°51-52/2007     

Figure 2  = Figure 5 du BEH n°49/2006                            

 

 

Entre 2010 et 2015, le nombre annuel de cas d’IIM déclarés a varié entre 426 cas et 583 cas. Le taux annuel d’incidence moyen était de 0,80/100 000 habitants (après correction pour la sous-notification). Les sérogroupes les plus fréquents étaient le sérogroupe B (64 % des cas de sérogroupe connu), C (22 %), Y (9 %) et W (5 %).

Le nombre annuel de cas d’IIM C déclarés a varié entre 82 cas et 145 cas. Le taux d’incidence, corrigé pour la sous-notification, a augmenté entre 2010 et 2013 (de 0,14 à 0,24/100 000 habitants) et a diminué ensuite pour atteindre 0,19/100 000 habitants en 2015.

L’analyse des IIM C post-introduction du vaccin par groupes d’âge montre une augmentation significative du taux de notifications chez enfants âgés de moins de 1 an (de 0,88 en 2010 à 2,43/100 000 habitants en 2014) et chez les 25 ans et plus (de 0,04 en 2010 à 0,15/100 000 habitants en 2013). Le taux de notification a fluctué mais avec une tendance à la stabilisation chez dans la tranche des 1-14 ans et des 15-24 ans. En 2015, le taux de notification était inférieur à celui observé en 2014 chez les moins de 1 an et chez les 25 ans et plus mais l’inverse était observé chez les 1-24 ans.

Les IIM suivent des cycles naturels au gré de l’implantation des souches clonales invasives. Les données épidémiologiques et microbiologiques suggèrent le démarrage d’un nouveau cycle des IIM C en 2010. Les tendances d’incidence observées dans les différents groupes d’âge depuis 2010 reflètent vraisemblablement l’impact de la vaccination. Dans les groupes d’âge ciblés par la vaccination (1 ans à 24 ans), la vaccination a eu un impact direct et entraîné une diminution de l’incidence des IIM C. Dans les groupes d’âge non ciblés (moins de 1 an et 25 ans et plus), la vaccination n’a pas eu l’effet indirect escompté et n’a pas permis d’empêcher une augmentation de l’incidence en lien avec le nouveau cycle. Néanmoins, un certain niveau de protection indirecte a peut-être atténué l’ampleur de ce cycle. La légère baisse d’incidence entre 2014 et 2015 pourrait annoncer la fin du cycle.

Les vaccins

Composition :

  • Vaccins polysaccharidiques : A+C, A+C+Y+W135
  • Vaccins conjugué méningo C polysaccharadique + protéine de conjugaison
  • Vaccins conjugués méningo A+C+Y+W135

Mode d'administration :

Voie d’administration intra-musculaire

Conservation :

A conserver au réfrigérateur entre +2°C et +8°C, ne pas congeler.

Vaccins commercialisés en France :

  • VACCIN POLYSACCHARIDIQUE  A+C® ;
  • MENCEVAX® (vaccin polysaccharidique A, C, Y, W135 - disponible en Centres de Vaccination Internationale)
  • Vaccins conjugués Méningo C : MENINGITEC®(oligosidique +CRM197); MENJUGATE-Kit®(oligosidique+ <crm 197); NEISVAC®(polyosidique + anatoxine tétanique). Ces vaccins sont adsorbés sur sels d'aluminium.
  • Vaccin conjugué A,C,Y,W135 .  Menvéo® et Nimenrix®.

Qui est concerné ?

(Nouveau calendrier vaccinal)

NOUVELLES RECOMMANDATIONS

 

  • L’âge de la primovaccination contre le méningocoque C est transitoirement abaissé à l'âge de 5 mois (en utilisant le vaccin Neisvac ®), avec une 2ème injection à l’âge de 12 mois
  • Le vaccin tétravalent contre les méningocoques de type A, C, Y et W (Nimenrix ®) peut dorénavant être prescrit dès l’âge de 6 semaines.
  • <span href="http://www.hcsp.fr/docspdf/avisrapports/hcspa20100423MenBvac.pdf" hcspa20100423menbvac.pdf"="" avisrapports="" docspdf="" www.hcsp.fr="">Avis du HCSP de Décemnre 2016

     

    Schéma vaccinal

    Pour les vaccins conjugués :

    • Nourrissons de moins de 1 an : deux doses de 0,5 ml, injectées à au moins deux mois d’intervalle, à partir de l’âge de 2 mois ; rappel après 1 an
    • A partir de 1 an : une injection unique de 0,5 ml, par voie intramusculaire
    • La nécessité de rappel ultérieur n’a pas été établie

    Pour les vaccins polysaccharidiques :

    • A partir de l’âge de 2 ans (possible dès l’âge de 6 mois pour la prévention des méningocoques A)
    • Une injection unique de 0,5 ml
    • Si nécessaire : revaccination(s) tous les 3 ans

    Efficacité

    Les données publiées à ce jour concernent quatre pays : Royaume-Uni, Espagne, Québec et Pays-Bas. Ces données montrent une réduction significative et importante de l’incidence des IIM C (supérieure à 90 %) témoignant d’un effet direct mais également indirect de la vaccination au-delà des populations cibles par un effet d’immunité collective dès la première année de surveillance.
    Dans ces quatre pays, la campagne de vaccination a comporté un rattrapage étendu (le plus souvent jusqu’à 19 ans) et l’impact a été rapidement observé grâce à l’obtention immédiate d’un haut taux de couverture vaccinale (en général au-delà de 90 %) dans les populations cibles ainsi que celles concernées par le rattrapage (en général au-delà de 85 %).

    Laboratory confirmed cases of meningococcal B & C disease by epidemiological year (England & Wales) 1998/1999 to 2006/2007

    Début de la vaccination par les vaccins conjugués : novembre 1999.

    Health Protection Agency. http://www.hpa.org.uk/infections/topics_az/meningo/graph_mengroup.htm

    Les vaccins conjugués diminuent le portage pharyngé du sérogroupe vaccinal (effet troupeau).

    Effets indésirables

    • Réactions mineures fréquentes : rougeur, sensibilité ou œdème au point d’injection (jusqu’à 50 %), irritabilité (environ 80 % des nourrissons vaccinés) et fièvre supérieure à 38 °C (9 %).
    • Autres réactions systémiques : céphalées et malaise après la vaccination de l’enfant, de l’adolescent et de l’adulte (jusqu’à 10 %).
    • Réactions graves signalées très rarement (<0,01 %) : réactions allergiques généralisées ; troubles neurologiques de type vertiges, convulsions, paresthésies ; nausées et/ou vomissements ; éruptions cutanées et des arthralgies.
    • Les effets indésirables graves ou inattendus doivent être déclarés au réseau national des 31 centres régionaux de pharmacovigilance (CRPV).

    Déclaration des effets indésirables

    Contre-indications 

    Le vaccin est contre-indiqué en cas d’hypersensibilité à l’un de ses constituants (ou en cas de réaction à un vaccin contenant de l’anatoxine diphtérique ou tétanique pour les vaccins conjugués).

    Précautions d'emploi

    Il est nécessaire de bien agiter la seringue pour homogénéiser la suspension du vaccin avant emploi. Si la coloration est anormale ou s’il y a des particules étrangères, le vaccin ne doit pas être utilisé

    Associations avec d'autres vaccins

    Associations

    Grossesse

    Les études animales n’ont pas démontré de risque pour le fœtus mais l’innocuité de ce vaccin chez la  femme enceinte n’a pas été évaluée ; ce vaccin étant inactivé, il n’est pas contre-indiqué de l’administrer à la femme enceinte s’il existe un risque élevé d’infection méningococcique.
    Grossesse

    Prématurité

    La notion de prématurité ne modifie pas le schéma vaccinal.
    Prématurité