Rubéole

Maladie bénigne de l’enfance, la rubéole tire sa gravité de la possible contamination fœtale par le virus chez une femme enceinte non immune, infectée durant la grossesse.

Conséquences possibles chez le nouveau-né

Embryopathie : cataracte, choriorétinite, glaucome, cardiopathie, microcéphalie, retard mental, lésions cérébrales
Foetopathie : Retard de croissance intra-utérin, encéphalite, pneumonie, purpura thrombopénique, hépatosplénomégalie

Epidémiologie

La promotion du vaccin chez le nourrisson a entraîné une baisse notable de l’incidence des infections rubéoleuses au cours de la grossesse


InVS. Surveillance des infections rubéoleuses chez la femme enceinte et le nouveau-né en France – Réseau Renarub. 

Les infections rubéoliques au cours de la grossesse n’ont pas complètement disparu : la couverture vaccinale reste insuffisante en France (<95%).

En 2006 :

  • Le nombre d’infections rubéoleuses diagnostiquées durant la grossesse a diminué à un niveau inférieur à 10 cas par an.
  • Le nombre de rubéoles congénitales qui était stable entre 2002 et 2005 est nul pour la première fois.

Le vaccin

Composition

Vaccin à virus vivants atténués.

En France seule la souche Wistar RA 27/3 est utilisée  depuis 1970

Mode d'administration

Voie d’administration sous-cutanée ou intra-musculaire

Conservation

A conserver au réfrigérateur entre +2°C et +8°C, ne pas congeler.

Vaccins commercialisés en France

Vaccin monovalent : RUDIVAX®

Vaccins associés trivalents (rougeole+oreillons+rubéole) : M-M-RVAXPRO®, PRIORIX®

Qui est concerné ?

Il est recommandé de vacciner tous les enfants  et  les femmes en âge de procréer non vaccinées ou séronégatives après une vaccination.

Le plan d'élimination de la rougeole (et de la rubéole congénitale) en France :

Schéma vaccinal

  • La 1ère injection doit être faite à 12 mois : vaccin trivalent (possible dès 9 mois)
  • La 2ème injection doit être faite dans la 2ème année : vaccin trivalent (Intervalle minimum de 1 mois entre les 2 doses)

Efficacité

Le taux de séroconversion est proche de 100%

Effets indésirables

Il existe une bonne tolérance globale du vaccin trivalent. Les effets indésirables rapportés sont :

  • Fébricule, exanthème, adénopathie à partir du 5ème jour suivant l’injection
  • Arthralgie(s) aiguë(s) transitoire(s)
  • Purpura thrombopénique si la valence rubéole est associé avec les valences rougeole et oreillons

Les effets indésirables graves ou inattendus doivent être déclarés au réseau national des 31 centres régionaux de pharmacovigilance (CRPV).

Contre-indications

  • Allergie connue à la néomycine ou à tout autre constituant du vaccin
  • Réaction d’hypersensibilité lors d’une injection précédente de vaccin
  • Déficits immunitaires congénitaux ou acquis touchant l’immunité cellulaire
  • Grossesse

Précautions d'emploi

Prendre un avis spécialisé en cas d'antécédent d’allergie aux protéines de l’œuf pour le vaccin trivalent (valence rougeole)

Associations

Associations

Grossesse

Le vaccin rubéole est contre-indiqué chez les femmes enceintes.

Les femmes séronégatives doivent être vaccinées dans le post-partum immédiat.

Les femmes nées avant 1980 non vaccinées contre la rubéole, pour qui la vaccination contre la rubéole
est recommandée, doivent recevoir 1 dose de vaccin trivalent (rougeole, rubéole, oreillons) au lieu d’un
vaccin rubéoleux seul.

Si les résultats d’une sérologie confirmant l’immunité de la femme vis-à-vis de la rubéole sont disponibles, il
n’est pas utile de la vacciner. Il n’y a pas lieu de revacciner des femmes ayant reçu 2 vaccinations
préalables, quel que soit le résultat de la sérologie.

Les personnes nées entre 1980 et 1991 n’ayant jamais été vaccinées contre la rougeole,
quels que soient les antécédents vis-à-vis des trois maladies doivent recevoir 1 dose de vaccin trivalent.

Prématurité

La notion de prématurité ne modifie pas le schéma vaccinal.

Prématurité