Sujets âgés

Recommandations . Page mise à jour le 05/07/2014                       

  • Diphtérie – tétanos - poliomyélite (dTP) : tous les 10 ans à partir de 65 ans. Avec 1 rappel dtCaP lors d'un de ces rappels décennaux.

  • Grippe : tous les ans pour:

- Sujets âgés de 65 ans et plus
- Sujets vivants en institution type EHPAD (Etablissements d'Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes), quel que soit leur âge

Pour les personnes vivant en institution, la vaccination antigrippale réduit le taux d’hospitalisation de 20% à 50% et le risque de mortalité de 39% à 69% : mortalité due à une pneumonie et d’origine cardio-vasculaire.
High K. Clin Geriatr Med 2007, 23 : 669-85 Nichol et al, N Engl J Med 2007 ; 357 : 1373-81

La vaccination réduit le risque de décès avant même la période de grippe (RR=0.39 (0.33-0.47))
Jackson et al.Int J Epidemiol 2006, 35:337-44).

  • Pneumocoque : bien que l’efficacité du vaccin polysaccharidique 23-valent ne soit pas démontrée chez les sujets âgés, ce vaccin reste recommandé chez les sujets à risque, notamment à l’admission dans une structure de soins ou d’hébergement de personnes à risque.

    Dans son avis du 10 juillet 2013, lors de la précédente évaluation chez les personnes âgées de 50ans et plus dans la prévention des maladies invasiv
    es causées parStreptococcus pneumoniae,laCommission de la transparence s’est appuyée sur cesmêmes recommandations du HCSP. Elle aestimé que le SMR de PREVENAR était important et que son ASMR était « En raison de
    l’efficacité de PREVENAR, mais également du constatde l’émergence de nouveaux sérotypes nonvaccinaux et de la nécessité d’associer PREVENAR au
    vaccin 23 valent pneumococcique nonconjugué pour augmenter la couverture sérotypique,
    PREVENAR 13 apporte une amélioration duservice médical rendu mineure (ASMR IV) dans la stratégie de prévention des infections invasivesà pneumocoque, chez les patients de 50 ans et plusdans les populations définies par le HCSP. »
    Mais pasde modifications des recommandations dans le calendrier vacinal 2014

Problématiques

  • Fièvre jaune : lors d’une primo-vaccination, risque majoré (mais très faible) d’effet indésirable grave à type de défaillance multi-viscérale.
  • Zona : Le vaccin contre le zona Zostavax®, dans un essai contrôle contre placebo portant sur 38546 personnes de plus de 60 ans réparties également en un groupe vacciné et un groupe placebo, a permis de réduire l’incidence du zona d’environ 50%; Cette réduction de l’incidence a été moins importante chez les sujets âgés de 70 ans et plus  que chez les personnes âgées de 60 à 69 ans (réduction de 37.6 versus 63.9%);

Bien que le vaccin ait obtenu l’autorisation de mise sur le marché dans l’indication : « Prévention du zona et des douleurs post-zostériennes chez les sujets de plus de 60 ans », il n’est pas actuellement recommandé en France.

  • Coqueluche : en raison du rôle potentiel des grands-parents contaminateurs des petits nourrissons: la vaccination au même titre que pour les parents est maintenant recommandée.
  • ​Comment accroître l’efficacité de la vaccination chez les sujets âgés ?

- Diminution de l’efficacité vaccinale avec l’âge, plus pour les nouveaux antigènes que pour les antigènes de rappel. Exemples : pneumocoque (Figure 1), hépatite B (Tableau 1)
- Augmenter la dose d’antigène ? améliorer les adjuvants (TLR agonistes) ?