Sujets avec maladie autoimmune

On peut vacciner les patients ayant une maladie auto-immune (MAI)

  • Des maladies auto-immunes sont décrites après vaccination, mais séquence n’est pas conséquence !
  • Une association entre un vaccin donné et une maladie auto-immune n’a jamais été confirmée. Si cette association existe, le risque relatif est inférieur à 2
  • En matière de risque sanitaire, il faut dans la plupart des cas prendre des décisions en situation d’incertitude (le principe de précaution est insatiable…)

Quelques propositions pragmatiques peuvent être retenues :

  • Ne vacciner que dans le cadre des recommandations du Calendrier vaccinal
  • Ne vacciner que lorsque le risque réel d’infection est supérieur au risque théorique d’effet indésirable du vaccin
  • La décision de vacciner ou non sera prise avec le spécialiste
  • Si la vaccination est décidée :

Vérifier la tolérance des vaccinations passées

Informer le patient, obtenir son consentement : pas de consultation en 2 minutes !

Attendre une stabilisation de la maladie avant de vacciner

Pour les vaccins vivants atténués :

- En cas de corticothérapie : ni la dose, ni la durée d'une corticothérapie par voie générale susceptibles d'induire une immunodépression ne sont connues avec précision (la décision sera prise avec le spécialiste).

- En cas de traitement immunosuppresseur : contre-indication de la vaccination

Vérifier la sérologie 3 mois après la vaccination (risque de moindre efficacité)

  • En cas d’exposition, pour les patients que l’on ne peut vacciner, ne pas oublier les autres moyens de prévention (immunoglobulines polyvalentes ou spécifiques, antiviraux…).
  • Penser à vacciner l’entourage des patients atteints de MAI :

ROR (vaccin non transmis)

Varicelle (vaccin très peu transmis et pas grave si transmis)

Grippe